Marie Garnier

Marie Garnier

INTERROGATIONS

Je me devais de réagir !!!

Le 5 janvier 2011 (source Vivre FM)

Un père tue sa fille handicapée

Un père de famille a reconnu avoir tué sa fille handicapée âgée de six ans en l’étouffant à son domicile à Boulancourt en Seine-et-Marne. Placé en garde à vue depuis mardi, l’homme de 40 ans a évoqué « un geste de désespoir ».

La fillette avait un lourd handicap, une infirmité motrice cérébrale,  ce qui peut provoquer des situations délicates à gérer pour les familles  malgré les aides des collectivités.

La mère de la victime a été évacuée par les pompiers et hospitalisée. Considérée comme fragile et dépressive, elle avait arrêté de travailler.

_______________________________________________________

 

Le 7 janvier 2011 (source Vivre FM)

Une mère tente de tuer sa fille polyhandicapée

Une mère de famille âgée de 40 ans qui élève seule ses deux filles, 2 et 20 ans, aurait tenté de tuer l’aînée polyhandicapée, le 27 décembre à Neuves-Maisons en Meurthe-et-Moselle. Vers 21 h 30, la quadragénaire ouvre une bouteille de gaz dans la maison et administre un puissant anxiolytique à sa fille de 20 ans.

Elle prévient alors une de ses amies à Marseille de son geste. Cette dernière appelle les pompiers qui transmettent l’alerte à leurs homologues de Neuves-Maisons. Les secours dépêchés sur place découvrent la famille encore en vie. La mère et sa fille aînée sont évacuées vers les urgences de l’hôpital central, tandis que la plus jeune est envoyée à l’hôpital pour enfants du CHU de Brabois. Toutes les trois sont désormais hors de danger, la mère a été placée dans le service psychiatrie d’un établissement spécialisé.

Le parquet de Nancy a ouvert une information judiciaire pour « tentative d’homicide sur personnes vulnérables par ascendant ». L’enquête doit encore déterminer si la fille de 2 ans a également reçu des anxiolytiques.

____________________________________________________________

 

Vos premières réactions !!!

A mon réveille ce matin, j'ai entendu la nouvelle à la radio ça m'a fait froid au dos....sûrement qu'il avait besoin d'un soutien psychologique. le désespoir fait commettre des actes irréfléchis des fois... je suis certaine qu'il regrette son geste mais c'est trop tard...moi aussi ça m'a bouleverser.

-----------------------

C'est horrible...tellement horrible.

Ce sont des enfants plein de joie, plein de bonheur en eux !!

-----------------------

Oui surement des enfants plein de bonheur en eux mais où est l'aide aux parents afin qu'eux aussi connaissent le bonheur!!!

Je plains ce papa qui maintenant ne trouvera jamais ce bonheur au fond de son enfant ni au fond de son coeur ....

QUEL DESASTRE !!!! 

----------------------

Je ne suis pas tout à fait d'accord.

Le geste est impardonnable. Avoir un enfant lourdement IMC n'est pas source de malheur. Il y a bien des personnes sur terre qui sans aucun soucis sont en dépression toute leur vie. Ou des parents qui ont des enfants meurtriers, délinquants, associables...Si tous les parents "fragiles" devaient faire ce geste dès que leur enfant ne rentre pas dans une normalité ou demande bien plus d'attention que les autres, nous ne serions plus très nombreux sur terre.
Quant à l'aide psychologique donnée aux parents, elle devrait concerner tous les parents, pas uniquement ceux qui ont des enfants en situation de handicap.
Moi, je me refuse de "plaindre" un papa qui, même à bout, même désoeuvré, ôte de ses propres mains la vie de son enfant.

-----------------------

Toute une famille dévastée....

Où est le courage et où est la lacheté de ne plus assumer ???? cruelle question...... et on a la cruelle réponse... :(

-----------------------

Quoi qu'il en soit le métier de parents est le plus difficile au monde... enfants handicapés ou pas.... on n'a jamais la science exacte on pense bien faire et parfois on se plante... parfois on se plante pas.... je crois qu'il faut juste suivre nos instincts ils sont rarement trompeurs et surtout essayer de bien semer pour avoir une belle récolte quelle qu'elle soit !!! tenter de bien préparer leur avenir.... c'est là où le métier de parents est le plus dur..... parce que c'est un métier à plein temps !!! aucun répit aucune vacances toutes les mamans le savent !

-----------------------

C'est vrai et c'est le seul métier ou y a pas de mode d' emploi ni d' apprentissage !!!!

-----------------------

La pire chose qu'il puisse arriver à des parents.... perdre la chair de leur chair.... à devenir fous si on n'est pas bien entourés et même si.... un genre de cicatrice qui ne se referme jamais et qui fait chaque jour un peu plus mal..... :( je souhaite tous les courages du monde aux parents qui ont le malheur de vivre cette épreuve....

-----------------------

C'est horrible !!!

que de vies brisées à jamais!!!

-----------------------

On en a déjà parlé pour le meme drame, c'est la solitude qui tue....

----------------------

J'ai, sur les conseils de mon Amie Patricia, décidé de m'interroger afin de répondre à tous vos commentaires, ci-dessus n'en figurent qu'une petite partie.

Elle aussi a tenue à écrire pour tenter de comprendre ces drames.

Vous pourrez retrouver sur son blog d'autres réactions et surtout la note de Patricia.


http://mesyeuxetmamainpourledire.blogs-handicap.com/archive/2011/01/08/en-reponse-a-vos-commentaires.html

Interrogations !!!

 

 

J’ai lu, j’ai vu, j’ai mal ! Encore un drame !

Malheureusement, ce n’est pas la première fois et je crains que ce ne soit pas la dernière !

Me voilà à nouveau, défiée, harcelée,  par cette profusion de questions auxquelles je suis incapable de répondre.

Non, je n’y parviens pas !

Pourquoi tous ces doutes, comment puis-je, objectivement, me positionner face à ces gestes irréparables ?

Dois-je les juger, mais juger qui ?

Pourquoi est-ce arrivé ?

Qui est responsable ?

Que fallait-il donc faire pour les éviter ?

Sommes nous suffisamment attentifs à ce mal-être diabolique ?

….

J’ai spontanément très envie, comme ça, naturellement, de crier, d’accuser !

Mais qui suis-je pour m'abandonner à cette liberté ?

Je suis une maman comme les autres, une maman aimante, mais également la maman d’un enfant qui comme tous les enfants est vulnérable, différent.

Ma fille est différente dans cette différence, mais c’est quoi au juste la différence ?

Est-ce que je l’aime différemment ?

Pourrais-je un jour lui faire mal ?

Non, je ne pense pas, je ne crois pas, je ne veux pas.

Suis-je plus forte ?

Peut-être que oui, même si je n’en ai pas vraiment conscience.

 Je dois certainement être plus équilibrée, assurément mieux entourée.

 Quel est ce sentiment de pitié qui m’envahit soudain, je suis en colère pourtant, très en colère ?

Comment est-ce possible, me voilà entrain de plaindre un papa, alors qu’il vient d’ôter la vie à son enfant ?

Je suis très certainement encore en mode, recherche de circonstances atténuantes, ça ne fait aucun doute.

Et la maman, où est elle ?

Personne n’en parle comme si soudain elle semblait avoir disparue. Elle n’existe plus, elle est dépressive, elle n’est plus elle même, elle n’est plus rien, elle n’a pas eu la force de protéger son enfant.

Comment va t’elle vivre maintenant ?

J’aimerai pouvoir changer le cours des choses, effacer l’ineffaçable.

La douleur est trop forte, la solitude trop pesante, le renoncement trop violent, les perspectives d’avenir trop difficiles, trop incertaines.

Nous sommes exclus de ce moule du parfait, invités à rester dans notre monde de la différence qui fait peur.

Non !!!

Dans ce long tunnel de la vie, combien seront-ils encore à se perdre, ne noyer,  sans qu’aucune main humaine ne vienne les guider, les rassurer, les aider.

Avec mon amour, mes mots, je tente d’éclairer, d’initier ces regards sur la différence, l’intolérance, la méconnaissance, l’injustice.

Je n’ai plus envie d’entendre, la pauvre, souffrance, désespoir, galère.

Je veux entendre amour, espoir, bonheur, réussite, persévérance.

Je ne veux plus entendre tuer, lâcher.

Je veux entendre vivre, combattre.

Chaque enfant est vulnérable, confronté à la folie des adultes, souffre douleur de leur mal-être, de leur échec, de leur vécu.

J’ai parlé ce matin à une maman, une maman comme les autres, la maman d’une jeune fille de 12 ans diagnostiquée « trisomique », elle aussi était atterrée, mais dans ses mots je n’ai ressenti aucune colère.

La vulnérabilité ne touche pas essentiellement le handicap, elle touche tous les enfants.

C’est également cette maman, qui vient d’aller chercher sa fille au commissariat, elle a volé, elle a fugué, elle a 15 ans, elle aussi est maman d’une magnifique petite fille, elle a fugué à nouveau, elle est à nouveau enceinte !

Va t-elle la tuer ?

Sa fille aurait pu se droguer, être homosexuelle, alcoolique !

Sa fille n’est pas handicapée, elle risquerait d’être lourdement condamnée !!!!

Est-ce que cette folie nous a épargné ma fille ?

Toi, tu es handicapée, je risquerais l’indulgence !!!!!!

Trop facile …….tout ça ne me ressemble pas, il me faut continuer à me poser des questions, pour vivre, pour comprendre, pour grandir, ou pour tout simplement les aider, les arrêter.

Marie garnier



08/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres